PRÉSENTATION DU PORT SEC DE FERKESSEDOUGOU

Port sec de Ferkessedougou

I- PRESENTATION DU PORT SEC DE FERKESSEDOUGOU
La Côte d’Ivoire s’est inscrite dans une politique d’intégration régionale par la mise en œuvre de programmes communautaires offrant des marchés plus vastes. Dans ce cadre, le Gouvernement Ivoirien a initié la construction d’un Port Sec à Ferkessédougou, Chef-lieu de la Région du TCHOLOGO, que le Ministère de l’Intégration Africaine coordonne depuis 2013.
Ferkessédougou est une ville stratégique située à environ 600 km d’Abidjan, 600 km de Bamako et 600 km de Ouagadougou et desservie par le réseau ferroviaire et la route nationale A3.
Le Gouvernement a conclu en octobre 2013, une convention d’étude avec le Bureau National d’Etudes Techniques et de Développement (BNETD) portant sur l’élaboration de l’étude de faisabilité technico-économique, environnementale et sociale du projet du Port Sec de Ferkessédougou.

Le Port Sec de Frekessédougou (PSF) va permettre entre autres :

  • De mettre à la disposition des opérateurs économiques nationaux et régionaux des conditions optimales d’accueil en vue de réduire les coûts de transit et de transports ;
  • De mettre en valeur les potentialités économiques du Districts des Savanes (la région du Poro, la région du Tchologo et la région de la Bagoué) et du District du Zanzan (la région du Bounkani et la région du Gontougo) afin de tirer profit des avantages économiques des régions frontalières : Sikasso (Mali) et Bobo-Dioulasso (Burkina Faso) ;
  • De rapprocher les Ports Autonome d’Abidjan et de San Pedro de ses partenaires de l’hinterland ;
  • De rendre plus performants les échanges commerciaux entre la Côte d’ivoire et le Burkina Faso, le Mali et le Niger.

Dans le cadre du projet, le Ministère a mis en place un comité interministériel à l’effet d’impliquer tous les ministères et structures de l’Etat concernés par le projet.
Pour conduire les études du port sec, les Experts du Comité ont été amenés à organiser des missions de benchmarking en France, en Chine, en Afrique du Sud et au Kenya.
Au titre des prévisions de desserte du Port sec et de la clientèle nationale et sous régionale, les experts se sont rendus également au Burkina Faso, au Mali, au Niger et au Tchad où, ils ont échangé avec les institutionnels Etatiques et les opérateurs économiques de ces pays.
Ces différentes missions à l’extérieur du pays ont permis, d’identifier clairement les composantes du port sec, de les modéliser et de proposer au Gouvernement le mode de financement de ces différentes composantes que sont :

  1. La composante 1 : la construction d’une plate-forme multimodale ;
  2. La composante 2 : la construction d’un dépôt d’hydrocarbure de 61 000m3 ;
  3. La composante 3 : le marché le marché à bétail à l’abattoir régional.

Le port sec de Ferkessédougou a un domaine de 732 hectares et bénéficie d’un décret portant déclaration de zone d’utilité publique depuis mai 2019. Le marché des travaux a été signé et approuvé depuis juin 2019. La durée des travaux est de trente (30) mois. La livraison est attendue pour le premier semestre de l’année 2024.

La construction du Port sec doit permettre à la Côte d’Ivoire de renforcer ses atouts vers l’émergence. Dans un horizon de 20 ans, après la mise en service du port sec, il est prévu la création d’au moins 71 000 emplois directs et indirects, notamment pour les jeunes et les femmes.



II. GOUVERNANCE DU PROJET
Plusieurs acteurs interviennent dans la réalisation du projet.
- Entreprise

L’entreprise chinoise COMPLANT a été retenue pour la réalisation des infrastructures du port sec.
- Bureau de contrôle des travaux
Le contrôle des travaux a été confié au Bureau National d’Etudes Techniques et de Développement (BNETD), Cabinet Conseil de l’Etat de Côte d’Ivoire.
- Maitrise d’ouvrage
La maitrise d’ouvrage est assurée par le Ministère d’Etat, Ministère des Affaires Etrangères, de l’Intégration Africaine et de la Diaspora.

La mise en place d’une unité de suivi des opérations des travaux est prévue pour suivre quotidiennement le projet et faire la coordination des interventions des différents acteurs.
Organe de supervision générale
Le port sec étant un projet complexe, comportant plusieurs composantes, il est prévu la mise en place d’un comité de pilotage pour impliquer les ministères et autres services de l’Etat concernés par le projet, à l’effet de définir les grandes orientations et lever les éventuels blocages qui pourrait survenir au cours de la phase de travaux.


III. FINANCEMENT DES TRAVAUX DU PORT SEC

Le projet a été scindé en deux lots distincts en suivant le mode de financement :
 

  1. LOT 1 : travaux d’aménagement du site et de la construction de la plateforme multimodale et du dépôt d’hydrocarbure à réaliser par maitrise d’ouvrage publique (MOP) ;
  2. LOT  2 : travaux de construction, d’exploitation et d’entretien et d’entretien du marché à bétail et de l’abattoir à réaliser par Partenariat Public Privé (PPP).

Le coût du marché du LOT 1 signé entre l’Etat de Côte d’Ivoire et l’entreprise Chinoise COMPLANT  Ltd est de 254 171 513 995 FCFA toutes taxes comprises.

Le LOT 1 est réalisé par maitrise d’ouvrage publique sur financement de l’Etat de Côte d’Ivoire, à travers un emprunt auprès des banques Chinoises à hauteur de 85% soit, 216 045 786 305 FCFA. La contrepartie de l’Etat de Côte d’Ivoire est de 15% du montant du LOT 1, soit la somme de 38 125  726 995 FCFA, est mobilisée auprès des banques nationales.

Quant au LOT 2, les études complémentaires sont en cours de finalisation par l’opérateur. Il fera l’objet d’un contrat de partenariat public privé à la fin des négociations avec un opérateur.



IV. PLAN D’ACTION DE REINSTALLATION (PAR) DES PERSONNES AFFECTEES PAR LES TRAVAUX DU PORT SEC DE FERKESSEDOUGOU.

Contenu du Plan d’action de Réinstallation (PAR).
La réalisation des travaux du port sec va entrainer des pertes de biens (terres, cultures, habitats, commerces etc.), et occasionnera un déplacement involontaire de population. Il a été élaboré un plan d’action de réinstallation des personnes affectées.
L’identification des personnes et des biens affectés par ce projet a été réalisé au travers des enquêtes socio-économiques, du recensement des personnes et de l’inventaire des biens, organisés dans la zone d’influence directe du projet.

A l’issue des opérations de recensement, 484 personnes ont été identifiées dans l’emprise du projet. Par catégorie ce sont :
 

  • 188 chefs de ménages dont 165 propriétaires de bâtis, 22 hébergés-gratuits et 1 locataire ;
  • 27 propriétaires fonciers ;
  • 13 propriétaires de bâtis non-résidents ;
  • 07 propriétaires d’activités commerciales et artisanales ;
  • 155 propriétaires d’exploitations agricoles ;
  • 37 propriétaires de parcs à bétail et de fermes ;
  • 50 employés/ouvriers.


Coût du plan d’action de réinstallation
La mise en œuvre du PAR a été budgétisée et prise en compte dans le budget global du projet. Le coût estimatif du PAR est de 7,148 milliards de FCFA.

Le processus d’indemnisation des personnes affectées par le projet va démarrer dans les jours à venir pour faciliter la libération totale du site et permettre à l’entreprise d’y accéder pour la réalisation des travaux.

En plus des personnes à indemniser en numéraire, il est prévu la construction de plus de cent (100) logements sociaux, pour les personnes à déplacer. La construction d’équipement publics et communautaires (centres de santé, écoles primaires et secondaires, foyer des jeunes etc.) est également prévu.

Gouvernance du PAR
En Côte d’Ivoire, la gouvernance du plan d’action de réinstallation des personnes affectées par un projet est régie par un cadre national, impliquant le maitre d’ouvrage, le Ministère en charge de la Construction, les Ministères techniques concernés et les Autorités Préfectorales de la Région.
Dans ce cadre, un arrêté interministériel portant création et fonctionnement des organes de mise en œuvre du plan d’action de réinstallation des personnes affectées par le projet de construction du port sec de Ferkessédougoua été signé. Il est présidé par le Ministère en charge de la Construction.




V. PERSPECTIVES

Le Port Sec de Ferkessédougou (PSF) est un projet historique inscrit dans le programme « Vivre Ensemble » du Chef de l’Etat, SEM Alassane OUATTARA.
Il est un projet intégrateur d’envergure régionale qui favorisera surtout l’intégration économique et sociale des pays.
A ce titre, nous fondons beaucoup d’espoir dans sa mise en œuvre.

La cérémonie de la pose de la première pierre, qui s’est tenue le 21 mai 2021, marque le démarrage des travaux de construction du port sec.

→ Voir les photos de la pose de la première pierre