BRÈVES
PROJETS INTÉGRATEURS : L’Uemoa octroie 10 milliards FCFA pour la réalisation de projets intégrateurs au bénéfice de trois pays membres dont la Côte d’Ivoire, le Mali et le Burkina Faso. 2017-08-25 | YAMOUSSOUKRO/HÔTEL HP RESORT: Les travaux de l’Atelier de restitution et de validation du PSI 2017-2021 (Plan Stratégique de l'Intégration), ont débuté ce jeudi 24 et prendront fin, le vendredi 25 août 2017. 2017-08-24 | CÔTE D’IVOIRE : Plus de 1008 milliards de FCFA recouvrés par les douanes à fin juillet 2017. 2017-08-23

MINISTÈRE
LES EVENEMENTS
DIASPORA
Vous vivez à l'exterieur. Faites nous connaître votre actualité!
OFFRES D'EMPLOI
25-09-2017 | 04:39
visiteurs:
  • #
  • #
  • #
  • #
  • #
#1 #2 #3 #4 #5
PLUS D'INFOS

S’exprimant, le lundi 11 septembre 2017, à Bamako, au Mali, à l’ouverture de la réunion du Comité technique chargé des politiques macroéconomiques de la Cedeao, M. Traoré, a indiqué l’adoption d’une feuille de route, la désignation de chefs d’Etat pour la supervision du processus et la mise en place d’une Task Force pour conseiller ces derniers, la rationalisation des critères de convergence, le fonctionnement des Comités nationaux de coordination, ainsi que la mise en œuvre du mécanisme de la surveillance multilatérale.

Il a invité les participants à faire des propositions devant permettre de renforcer davantage le processus d’intégration, et d’accélérer la réalisation des objectifs du programme de coopération monétaire, notamment la création de la monnaie unique de la Cedeao.

Abondant dans le même sens, le ministre malien de l’Economie et des Finances, Dr Boubou Cissé, a exhorté les participants à formuler des recommandations concrètes et pertinentes tenant compte des réalités ouest-africaines, et permettant d’engager des actions clés pouvant garantir à l’espace communautaire des progrès économiques solides.

Il a toutefois déploré l’insuffisance du nombre de réunions du Comité technique chargé des politiques macroéconomiques de la Cedeao, et souhaité une révision de leur fréquence.

« Dans le processus de mise en œuvre des activités d’intégration, il ne peut être fait l’économie des rencontres de concertations pour voir le chemin parcouru, et convenir des mesures et dispositions à  prendre pour mieux poursuivre le processus d’intégration », a indiqué M. Cissé.

Au cours de cette rencontre, les experts des Etats membres et les représentants des institutions régionales se prononceront sur le rapport de convergence au titre de l’année 2016, l’état de mise en œuvre du programme de coopération monétaire de la Cedeao, et l’état de mise en œuvre des activités de la feuille de route par les différentes institutions.

Ils suivront également un exposé sur les derniers développements du Programme de développement communautaire de la Cedeao (PCD).

Les conclusions et recommandations de leurs travaux seront soumises à la 10ème réunion ordinaire du Conseil de convergence du mécanisme de la surveillance multilatérale de la Cedeao, prévue le 14 septembre 2017, toujours dans la capitale malienne.

2017-09-12

Dans son intervention à l’ouverture, le lundi 11 septembre 2017, à Abuja, au Nigeria, de la conférence régionale d’harmonisation de la législation sur la cybercriminalité et les preuves électroniques, avec des garanties pour l'état de droit et les droits de l'homme dans l’espace Cedeao, il a indiqué que les TTI constituent la clé pour assurer le progrès vers l'accomplissement des objectifs du développement durable.

« La Cedeao, dont la vision des Chefs d’Etat est de devenir une Cedeao des Peuples, a pour ambition de créer un marché numérique unique. Dans le contexte mondial, il ne peut y avoir de processus de développement et de marché numérique unique sans un environnement cyber sûr dans notre région » a fait savoir Dr Isaias Barreto da Rosa.

Cette conférence, organisée conjointement par la Commission de la Cedeao et le Conseil de l’Europe, vise à faire le point sur l'état des législations sur la cybercriminalité et les preuves électroniques des Etats membres de la Cedeao vis-à-vis de la Convention  de  Budapest sur la cybercriminalité.

Elle doit également servir de cadre à la mise à disposition de ces Etats des orientations et des compétences nécessaires, devant leur permettre d’harmoniser leurs législations nationales conformément à la Convention de Budapest et aux normes de la Cedeao.

C’est aussi un de cadre de partage d’expériences et de bonnes pratiques entre les Etats membres de la Cedeao en matière d’investigation, de poursuites et de jugement d’affaires liées à la cybercriminalité, et d’établissement  de  liens  pour  la coopération judiciaire au niveau international en matière de cybercriminalité.

Dans son allocution, le chargé du programme Action globale sur la cybercriminalité Elargie (GLACY+) et responsable du bureau du Conseil de l’Europe chargé de la Cybercriminalité, Manuel Pereira, a indiqué que son organisation est engagée dans la lutte contre la cybercriminalité.

« La cybercriminalité est, par nature, un crime transnational qui n'a pas de frontières et compte tenu de cette nature, il est nécessaire que tous les pays, notamment ceux de la Cedeao, disposent d'un cadre législatif solide, conforme aux normes internationales », a-t-il noté.

Le projet GLACY, a laissé entendre M. Pereira, a révélé la nécessité de permettre aux Etats de se doter d’une  législation  efficace  et  adéquate  sur  la  cybercriminalité  et  la  preuve électronique,  de  sorte  à  faciliter  les  poursuites  et  les  jugements  concernant  des affaires  de  ce  type.   

Il importe de souligner que la Cedeao dispose de deux actes additionnels sur les transactions électroniques et sur la protection des données à caractère personnel, de même que d’une directive sur la lutte contre la cybercriminalité. Ces instruments devraient permettre à l’organisation régionale d’établir un cadre juridique harmonisé pour réglementer les  transactions électroniques au niveau  de ses  Etats  membres.

Par ailleurs, dans le but d’améliorer  la  cyber sécurité  dans  l’espace communautaire, la Commission de la Cedeao s’emploie à mettre en œuvre son programme régional de  cyber sécurité  qui  vise à soutenir l’Afrique de l’Ouest dans le renforcement  de ses capacités en la matière.

Cette initiative est destinée à mieux répondre aux menaces dans le domaine de la cyber sécurité, et d'assurer une meilleure protection des infrastructures d'information de l’espace Cedeao,  contribuant  ainsi  à  mieux  sécuriser l'Internet  et  à renforcer  davantage la  protection  des  internautes,  de  sorte  à  répondre  aux priorités nationales et maximiser les avantages socio-économiques de l'Internet.

2017-09-12

Et c’est justement pour analyser les lacunes de la gestion des retours, des réadmissions, de la réintégration des citoyens des Etats membres de la Cedeao que le MIDWA (Dialogue sur les migrations en Afrique de l’ouest) a organisé un groupe de travail à Niamey en collaboration avec l’Organisation internationale pour les migrations (Oim).

« Un plan d’urgence doit être mis en place pour faire face aux retours de masse et spontanés en raison de l’instabilité dans les pays d’origine, comme en témoigne la crise libyenne, » exhorte les organisateurs. Pour eux, il est impératif que des structures formelles de référencement rapide et efficace soient conçues pour faire face au nombre croissant de migrants rapatriés. « Cette rencontre est un partage d’information, d’expériences, de capacités techniques pour renforcer les mesures de réinsertion des migrants en Afrique de l’ouest,» explique Erika de Bonna, Spécialiste de la gestion des migrations à l’Oim.

Si les Etat membres de la Cedeao reconnaissent la forte demande d’aide des migrants, une fois retournés dans leurs pays, ils laissent entendre tout de même que des efforts sont menés, comme le rappelle Soli Amadou, Secrétaire permanent du cadre de concertation de la migration au ministère nigérien l’Intérieur. « Le Niger a une expérience avérée en matière de retour pour avoir accueilli bon nombre de ses compatriotes, surtout avec les crise sociopolitiques dans les pays voisins. En Libye par exemple, plus de 260 000 personnes ont été accueillies. De la crise centrafricaine et même d’Algérie, plus de 17 000 sont revenus. On les accueille et les achemine jusque dans leurs localités d’origine. La Haute autorité de la consolidation de la paix par exemple aide ces personnes à mener des activités génératrices de revenu. »

Au Mali, le Conseiller technique chargé de la migration au ministère de l’extérieur a fait savoir que les migrants apportent annuellement plus de 450 milliards de Fcfa à l’économie nationale. « Donc, depuis 3 ans, le gouvernement a pris la décision d’apporter un soutien financier à ces migrants pour une meilleure réinsertion. L’année passée, par exemple, nous avons appuyé plus de 775 migrants de retour au pays par des fonds essentiellement du budget malien, » éclaire Dr Abdoulaye Keita.

2017-09-04

Réunis avec les présidents du Tchad, Idriss Déby, et du Niger, Mahamadou Issoufou, ainsi qu’avec le premier ministre libyen du gouvernement d’union nationale, Fayez al-Sarraj, le président français, Emmanuel Macron, la chancelière allemande, Angela Merkel, le premier ministre espagnol, Mariano Rajoy, et le président du Conseil italien, Paolo Gentiloni, ont ainsi proposé l’envoi de « missions de protection » au Niger et au Tchad, dans le but d’identifier en amont les migrants éligibles à l’asile. « Nous avons acté, je m’y étais engagé à Orléans au début de l’été, d’avoir un traitement humanitaire à la hauteur de nos exigences et de pouvoir, dans des zones identifiées, pleinement sûres, au Niger et au Tchad, sous la supervision du HCR [Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés – ndlr], identifier les ressortissants qui ont le droit à l’asile, pouvoir les mettre en sécurité le plus rapidement », a expliqué le président français lors de la conférence de presse.

Le 27 juillet, ce dernier avait créé la polémique en affirmant, en marge d’une visite dans un centre d’hébergement de réfugiés à Orléans, vouloir créer des « hot spots », ces centres chargés de trier les candidats à l’asile en France, « dès cet été », pour maîtriser l’arrivée des migrants venus de Libye et, avait-il ajouté, pour « éviter aux gens de prendre des risques fous alors qu’ils ne sont pas tous éligibles à l’asile ».  Quelques heures plus tard, son entourage avait fait machine arrière en expliquant que, pour l’heure, seuls le Tchad et le Niger devraient être concernés. Après la visite, dans un discours à la préfecture du Loiret, le président avait d’ailleurs rectifié le tir en se contentant d’évoquer l’envoi de missions de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra) « sur le sol africain ». 

 

La feuille de route du 28 août, qui substitue l’idée de « missions de protection » à celle de « hot spots », prévoit que l’identification des demandeurs d’asile se fera par le HCR et avec l’aval des autorités du pays de premier accueil. Les personnes sélectionnées entreraient dans le programme dit de réinstallation du HCR « sur des listes fermées et selon des critères fixés en commun », non communiqués pour l’instant.

Les migrants ne répondant pas à ces conditions devraient être reconduits « dans leur pays d’origine, dans la sécurité, l’ordre et la dignité, de préférence sur une base volontaire, en tenant compte de la législation nationale et dans le respect du droit international ».

Sur le papier, l’idée pourrait paraître séduisante, puisqu’elle se donne comme objectif d’« ouvrir une voie légale pour les personnes ayant besoin d’une protection conformément au droit international et européen, en particulier pour les personnes les plus vulnérables selon les procédures du HCR relatives à la détermination de la qualité de réfugié, et qui sont susceptibles de migrer vers l’Europe ». Le but serait ainsi de leur éviter l’enfer libyen, où il est de notoriété publique que les migrants subissent les pires sévices, mais aussi les dangers de la traversée de la Méditerranée sur des canots pneumatiques. Depuis le début de l’année, près de 98 000 personnes sont arrivées par cette route maritime centrale, et près de 2 250 ont péri en mer, selon les chiffres de l’Organisation internationale pour les migrations.

Mais derrière cette intention louable, se cache surtout le projet de réduire au maximum l’arrivée sur le Vieux Continent de personnes perçues par les dirigeants européens comme des « migrants économiques », pour lesquels aucun accueil n’est envisagé. L’objectif est ainsi de décourager les départs le plus en amont possible. Cette politique n’est pas nouvelle : voilà une vingtaine d’années que Bruxelles multiplie les accords avec les pays d’origine et de transit, par des campagnes d’affichage et des bureaux d’information, à coups de dizaines de millions d’euros, afin de convaincre les migrants de rester chez eux.

Avec ces nouveaux guichets de pré-examen de la demande d’asile, il s’agit d’aller plus loin, car il est fort à parier que le nombre de personnes retenues par le HCR et in fineréinstallées en Europe sera extrêmement réduit. Dans les pays de l’UE, les demandeurs d’asile originaires d’Afrique subsaharienne obtiennent rarement le statut de réfugié. Les ONG sont donc particulièrement sceptiques à l’égard de ce genre d’initiatives, qu’elles considèrent comme une manière déguisée de sous-traiter la demande d’asile à des pays tiers, aussi éloignés que possible du continent européen. « On repousse la frontière européenne dans des pays de plus en plus lointains », a ainsi affirmé à l’AFP Eva Ottavy, de la Cimade, pour qui, « sous couvert de sauver des vies, on bloque l’accès au territoire ».

Par ailleurs, le dispositif de réinstallation mis en place dans le monde par le HCR est décrié par ces mêmes associations de défense des droits des étrangers qui estiment que les critères mis en œuvre sont trop restrictifs et les procédures trop peu transparentes.

Quand on sait que le système de relocalisation organisé par l’Union européenne pour répartir les réfugiés arrivés en Grèce ne fonctionne pas, alors même que ces exilés sont des ressortissants de pays susceptibles d’obtenir l’asile (Syrie, Afghanistan, Irak et Iran principalement), on peut s’interroger sur le nombre d’Africains subsahariens qui pourront effectivement bénéficier de cette « voie légale » pour arriver en Europe.

Enfin, la décision de Paris, Berlin, Madrid et Rome d’« améliorer la coopération économique avec les communautés locales se trouvant sur les routes migratoires en Libye, afin de créer des sources de revenu alternatives, d’accroître leur résilience et de les rendre indépendantes de la traite des êtres humains » a de quoi laisser dubitatif. En effet, Reuters a récemment révélé l’existence sur les côtes libyennes, à Sabratah, principale ville de départ des migrants, d’une milice armée qui empêcherait violemment les embarcations de partir et détiendrait les candidats au passage dans des conditions dégradantes (lire notre article). Or, d’après de nombreux témoignages, il semble que ce groupe mafieux soit, en partie au moins, financé par le gouvernement d’union nationale de Tripoli, lui-même soutenu par les fonds européens.

2017-08-30
DOSSIER : Immigration clandestine

« L’immigration clandestine est un phénomène contre lequel il faut lutter. Il est vrai que dans toute chose il y a des risques, mais, ici on se demande bien quel est le bénéfice ? Si vous partez dans ces conditions, il est clair que vous n’aurez pas de boulot. Ceux qui croient trouver le bonheur en Europe se trompent lourdement(…)» Parole de l’ambassadeur d’Allemagne en Côte d’Ivoire, Son Excellence Dr Claus Auer. Il profitait ainsi, d’une tribune au siège de la Fondation Friedrish Naumann à Abidjan, pour interpeller les jeunes ivoiriens séduits par l’immigration clandestine dont les candidats courent également de gros risques : Celui d’être d’être récupéré par des cellules terroristes mais aussi et surtout mourir par noyade lors de la traversée de la Mer méditerranée , sur des embarcations de fortunes qui chavirent régulièrement.

En dépit de la mise en garde du diplomate allemand et de certains de leurs proches l’on assiste à une ruée des jeunes africains de l’ouest et particulière les jeunes ivoiriens vers ce fléau qui est en train de ‘dévorer’ une bonne partie de la jeunesse ivoirienne en quête d’un hypothétique Eldorado en Europe.

Les données de la fondation allemande Friedrish Naumann engagée depuis quelques années dans la lutte contre cette ‘pandémie’ des temps modernes donnent froid dans le dos et indiquent bien que la côte d’alerte est plus que dépassée, et qu’il faut mettre fin à l’hémorragie. Konaté Sophie de cette fondation révèle que «5 jeunes africains sur dix candidats à l’immigration clandestine arrivent dans le pays de transit ou de destination. S’ils ne meurent pas en route. La Méditerranée c’est 5 fois et demi la Côte d’Ivoire et la Lybie c’est cinq fois et demi la Côte d’Ivoire. On ne les traverse pas aussi facilement»

 L’immigration clandestine ou l’immigration irrégulière, continue de semer la mort dans les familles et en dépit des campagnes de sensibilisation, ne cesse de prendre de l’ampleur notamment en Côte d’Ivoire. A partir des réseaux mafieux des marchands de la mort et de la traite des personnes continuent de promettre ‘le paradis’ aux candidats à l’aventure périlleuse.

Malgré le tableau sombre et des plus macabres, l’immigration clandestine ne cesse d’attirer les bras valides ouest africains qui ne rêvent que d’aller se chercher à Bako’, c'est-à-dire derrière l’océan en Malinké. Pour être précis : en Europe. Mais à quand remonte le début de cette ruée des jeunes africains vers l’Europe via cette filière et combien sont t-ils à ce jour à être recueillis moribonds régulièrement par des forces maritimes européennes et des Organisations non gouvernementales, aux larges de côte italiennes ou bloqué de l’enfer libyen ; pays de transit par excellence ? ( Voir encadré 2) Combien sont les jeunes ivoiriens ou présumés ivoiriens dans cette hécatombe ? Bien malin celui qui pourra répondre à cette question.

Une chose est sure : c’est très souvent que certains membres du convoi à l’aventure qui réussissent à traverser l’eau, annonce aux parents, la mort par noyade de leurs enfants.

 

Ces témoignages qui donnent froid dans le dos

 

Un dimanche de 26 février 2017, aux environs de 11heures tapantes, un coup de fil en provenance de l’extérieur vient d’annoncer à B. Seydou, opérateur économique à Abidjan, la mort de son fils Ibrahim qui avait à peine 25 ans. Depuis quelques années, le jeune Ibrahim, nous dit-on, nourrissait le projet d’aller en Europe comme bien de jeunes de son âge.

Entre émotion, sanglots et les yeux pleins de larmes, B. Seydou entouré des ressortissants de son village témoigne : « (…) Il a toujours eu envie de partir en Europe. Face à son intransigeance nous lui avons dit d’attendre son grand frère qui revient bientôt au pays. Avec lui, il pourra partir par la voie normale. Mais que nenni. Quand nous avons appris qu’il avait choisi l’option de l’immigration clandestine, nous a vont engagés des recherches au niveau de tous les points susceptibles d’être des filières utilisées par les candidats à cette forme d’immigration. Après des recherches intenses, nous l’avons localisé au Niger. Là, nous lui avons demandé de retourner au pays et nous avons envoyée le transport pour son retour. Une dame au nom de qui nous avons envoyé l’argent nous a même donné les références d’un car abord duquel, notre fils avait embarqué pour Abidjan »

Malheureusement que ne fut la surprise et le désenchantement des parents d’Ibrahim, de constater qu’ à l’arrivée du véhicule indiqué que leur progéniture n’y était pas. « Le jour indiqué, nous sommes partis à la gare mais nous ne l’avons pas vu.(…) C’est plus d’un mois après que nous l’avons repéré cette foi en Lybie dans la localité de Zabrata ( libye). Nous avons aussi, engagé des démarches pour le faire revenir au pays via le Croissant rouge. Mais hélas on vient de nous apprendre que lors de la traversée de la Mer Méditerranée, l’embarcation a chaviré et Ibrahim, notre fils a péri(…) » Ainsi Ibrahim qui est mort par noyade, voit son rêve d’aller ‘derrière l’eau’ s’arrêter aux larges des côtes italiennes. Le jovial Ibrahim et parfois grognon sur les bords, n’atteindra pas l'île de Lampedusa ou Lampédouse en Italie. Sa famille et les membres de sa communauté musulmane ont organisé dès la confirmation de sa tragique disparition ont organisé ses funérailles conformément aux prescriptions du Saint coran au domicile de ses parents dans un sous –quartier de Yopougon le 26 février 2016.

Dans nos investigations, nous avons appris d’une source très crédible libyenne que des milliers jeunes africains en transit par la Libye pour l’Europe croupissaient dans les geôles de fortunes libyennes. Un nombre à revoir à la baisse selon des sources officielle.( voir Encadré 1 : interview Dg des Ivoiriens de l’extérieur) Au nombre des prisonniers, Emile Lama, la trentaine environ, est originaire de l’ouest montagneux ivoirien. Menuisier –ébéniste de formation, ce natif de Houphouët-ville, un quartier de Danané( ville de l’ouest montagneux ivoirien) gagnait pourtant bien sa vie dans son atelier au sous quartier Gesco de Yopougon, où il confectionnait de très beaux meubles en bois rare.

Piqué lui aussi par le virus de l’aventure, un matin, le jeune Lama décide de tenter l’aventure pour l’Europe. Abandonnant sur les bords de la Lagune Ebrié, l’un de ses enfants et sa compagne qui attendait de lui un enfant né en son absence. Voyant les photos à nous envoyée par nos sources, la sœur de l’infortuné aventurier ne manque d’écraser des larmes. J. Lama c’est d’elle qu’il s’agit témoigne : « A plusieurs reprise, je lui ai déconseillé d’aller à l’aventure. Je lui ai même envoyé des émissaires pour l’en dissuader. Car, Emile gagnait bien sa vie ici. Il a tout vendu, pour s’offrir un billet d’avion pour le Maroc. Malheureusement pour lui, à son arrivée au Maroc, à bord d’un taxi, il a été dépouillé de tout ce qu’il avait comme argent et portable. Pour survivre, il a fait un petit contrat durant le mois du jeune du Ramadan 2016. A l’étape marocaine, je lui ai réitéré ma position en lui demandant de revenir au pays. Une petite sœur lui a envoyé même 50 mille Fcfa. Au lieu de revenir, il nous appelle pour nous dire que lui et ses compagnons de route avait mis le cap sur l’Algérie avec son salaire d’un mois qu’il a perçu.»

C’est grâce à des membres d’une Association des ressortissants d’un pays de l’Afrique de l’ouest que nous avons été alertés. Par ailleurs, nos sources font état de la présence dans les geôles de fortune libyennes, de plus 400 ressortissants ivoiriens dont une centaine de jeunes filles livrées à la prostitution. En véritables objets de plaisir ( Voir encadré 3 ). Au nombre de ces jeunes aventuriers pris au piège, le compatriote Emile se sert aujourd’hui de béquilles pour se déplacer.

Renseignement pris auprès de sa sœur, « c’est en voulant traverser la frontière algero- libyenne qu’on a tiré dans ces pieds.Quand ils l’ont transféré à l’hôpital, il nous a appelé pour lui dire qu’ont tirait du sang. C’est vrai que c’est dur au pays, mais Abidjan n’est-il pas mieux que cette galère ? » Vrai ? Par les mêmes sources, nous finirons par entrer en contact avec l’infortuné Lama Emile que nous avons pu joindre par téléphone. D’une voix à peine audible, il confirme les informations à nous livrées plus haut par sa sœur quand il ajoute : « En quittant Abidjan, je voulais aller en Angleterre. En route, j’ai travaillé durant deux mois pour des chinois.

C’est sur mes économies que j’ai voulu rallier la Libye et les passeurs nous ont demandé de l’argent et nous étions un groupe de ressortissants de l’Afrique de l’Ouest. A moi, les passeurs à la frontière algéro- libyenne, m’ont demandé environ 600euros soit plus de 393 mille Fcfa. Après avoir passé cette étape, ils nous ont livré à des miliciens qui nous ont menacés et tiré sur nous, Ce qu’ils ont fait et moi j’ai pris des bals dans les jambes et nous ont jeté en prison. Où la vie est intenable. Ce après nous avoir dépouillé de nos derniers petits jetons et billets de banques »

 

Les raisons d’un départ massif des jeunes africains de l’Ouest

 

Mais qu’est- ce qui attire tant ces jeunes africains de l’ouest dont la plupart périsse tant à la traversée de la Mer Méditerranée qui est devenue pour nos frères, un véritable mouroir, s’ils ne restent pas coincés en Lybie. Précisons que depuis la chute du régime Kadhafi , son pays est devenu une jungle et pays de non droit dont se disputent deux clans rivaux avec deux gouvernements dont l’un est reconnu par la communauté internationale.

Selon M. Issiaka Konaté, le Dg des ivoiriens de l’extérieur, « à ce jour, ce sont plus de 200 mille subsahariens qui sont coincés en Lybie. Un pays qu’il faut stabiliser après la fermeture du passage marocain. En ce qui concerne les 11 mille arrivées en Italie, ceux dont ont parle sont des présumés ivoiriens( …). Il faut décourager l’immigration irrégulière et encourager la voie légale en démantelant les réseaux qui existent »

Quant à Ouattara Issouf, secrétaire général de l’Ong ‘Sos immigration clandestine’ créée dans les années 2007, que nous avons interrogé en l’absence de son président en mission, croit en savoir davantage sur ce qui poussent ces jeunes africains à entrer dans la nasse de cette aventure. Il nous apprend : « En son temps déjà, les jeunes qui s’adonnaient à ce genre de voyage là voulaient forcement réussir en Europe alors qu’ils gagnaient bien souvent leur vie dans des activités informelles. L’exemple de ceux qui étaient là bas et qui avaient réussi à s’insérer là bas, les incitait à partir. Ils préféraient donc partir en Europe, faire un ‘ djossi’, fructifier leur argent et revenir investir au pays pour aider leurs familles. Aussi, après la décennie de crise qu’à traverser notre pays, la pauvreté c’est beaucoup accentuée. Le chômage des jeunes aussi. Etant donné qu’en 2007, certains ont pu entrer en Europe via la Méditerranée. Cela a encouragé beaucoup de jeunes à s’y essayer. Vu que l’obtention du visa pour y aller n’était pas du tout facile. Certains ont décidé de passer par cette voie là encouragés en cela par leurs parents.( …) dont les conditions d’existence étaient très pénibles »

Depuis quelques années, le profil des candidats à l’immigration clandestine a changé. Car, « Avant on se disait que c’étaient les jeunes débrouillards et illettrés qui étaient concernés par le phénomène. Mais aujourd’hui, la jeunesse estudiantine est touchée de plein fouet. Voire même des agents de la fonction publique et des agents du secteur privé s’y adonnent également. Considéré comme un phénomène marginal il y a quelques années, l’immigration clandestine ne cesse de prendre de l’ampleur » Avant de faire cette révélation troublante : « Nous n’avions pas de chiffres exacts. Toutefois des jeunes de la Sous région, précisément des pays comme le Mali, le Burkina Faso venaient travailler ici en Côte d’Ivoire, se faire de l’argent pour pouvoir entreprendre ce voyage là. Lors de ces séjours là ils exerçaient des emplois saisonniers pour se faire de l’argent et retournaient chez eux. Mais Ils avaient eu l’occasion de se tisser des relations ici avec qui ils gardaient des contacts. ( …) En 2008 déjà, il n’ y avait pas assez de jeunes ivoiriens candidats au départ à l’immigration clandestines mais ceux qui venaient de la sous région étaient les plus nombreux »C’est tout dire ! Pourquoi Daloa est considérée à tord ou à raison comme le point de départ des convois à l’immigration clandestine ?

 

Malgré tout, ils sont tentés de repartir

 

« Beaucoup de jeunes ex- candidats à l’immigration clandestines viennent nous voir. C’est comme un échec dans leur vie. Ils ne nous expliquent pas où ils étaient, ils vivent en autarcie parce qu’ils ont le sentiment d’avoir échoué. Ce qui n’est pas le cas quand ils réussissent. Ce que nous faisons ici au niveau de notre Ong, c’est de les accompagner psychologiquement parce qu’ils sont prêts à repartir à tout moment. Selon ceux que nous recevons ici, tout ce que vous pouvez imaginer comme non respect des droits l’Homme ont lieu dans le désert. Aussi ceux sur qui nous arrivons à mettre la main, nous les aidons à rédiger des projets. Mais comme ils le disent eux-mêmes, ils préfèrent repartir et s’il le faut mourir sur la route. Parce que c’est plus fort qu’eux. Nous ici, aussi nous sommes dans un projet où nous assistons ceux qui ont accepté le rapatriement volontaire » nous confie Issouf Ouattara. Ce projet qui a déjà permis d’aider à la réintégration d’une dizaine de jeunes à travers le projet Avr qui est piloté par l’Oim( depuis 2016) qui a permis d’aider plusieurs dizaines d’ivoiriens à revenir aux pays.

Ensemble nous sommes plusieurs acteurs à aider ceux qui reviennent volontairement Et si c’était à refaire ? Emile Lama qui est rentré à Abidjan le 21 mars 2017 est formel quand il dit : « Frère, si c’était à refaire je ne m’engagerais plus dans cette aventure périlleuse. C’est très dur ici à Tripoli. A Abidjan je gagnais bien pourtant ma vie. Je vais dans un premier temps me soigner et reprendre mon métier. Je suis menuisier ébéniste » Sur les 180 annoncés, ce sont plus de 150 volontaires qui sont effectivement rentrés à Abidjan. Depuis, leur retour, ils sont soit en pleine rééducation pour ceux qui et ont été blessés bals( Cas Emile Lama), soit sous assistance psychologique, pour se remettre des abus et traumatismes subits en ce qui concerne les mineurs. Si livrés désormais à eux-mêmes, ils tentent bien que mal de reprendre tout à zéro.

Encadré 1 : Plus 3500morts en moins d’un an

En 2016, les données de la Direction générale des ivoiriens de l’extérieur consolidées par l’Organisation international de la migration( Oim) sont très précises. Des données datant en effet de juillet 2016, en provenance de Lampedusa, une île Italienne d’une superficie de 20,2 km² et peuplée par moins de 6 000 habitants. En effet, sur 71 mille « aventuriers » africains recueillis dans cette ville, 4000à 4500 sont des jeunes ivoiriens. Des données qu’il faut revoir rapidement à la hausse depuis le début de l’année 2017. Les chiffres l’Organisation international de la migration,( Oim) ajoute qu’ « Avec 839 migrants, la Côte d’ivoire est en tête des arrivées en Italie via la mer méditerranée, du 1er janvier au 15 février 2017 contre 332 au cours de la même période en 2016 . Sur cette période la Côte d’Ivoire devançait ainsi, au cours de cette période, la Guinée (796) et le Nigéria (483) » Et les morts ? Les mêmes sources précisent que durant les 9 premiers mois de l’année 2016, « plus de 3 500 personnes avaient déjà perdu la vie sur les routes migratoires méditerranéennes. Ce malgré le sauvetage de milliers de personnes par les marines italienne et grecque. Cela représente 17,1 morts chaque jour depuis janvier, et plus de 90 % des morts que l’Oim a pu documenter sur l’ensemble des routes migratoires du monde en 2016 »

B. M.

Encadré 2 : De 130 mille Fcfa en 2000, les passeurs réclament plus de 1 million de Fcfa en 2017

Daloa, de l’avis de beaucoup de personnes ressources est jusque-là considéré comme la plaque tournante et point de départ de l’immigration clandestine. Un ‘ hub’ dont les circuits de convoyages des passagers partent de certaines communes d’Abidjan : Abobo, Adjamé, Koumassi… Des informations émanant de l’Ong « Sos immigration clandestine » nous confortent bien dans notre assertion « Fin 2016 nous sommes allés à Daloa qui est non seulement un point névralgique mais une petite localité. Tout ce qui survient est su de tout le monde. On nous a dit que le réseau de Daloa est le plus sûr pour arriver en Lybie » ajoute l’Ong « Sos immigration clandestine ». De la Côte d’Ivoire, les circuits de connexion partent des casses et autres marchés de ventes de téléphones mobiles bien connus sous l’appellation de ‘blackmarket’ voire même dans les lieux de culte. Puis, une brosse à dents, un drap de fortune, et une serviette dans un sac à dos, de bras valides, embarquent pour soit pour le Burkina Faso soit pour le Mali. Puis commence le périlleux voyage à travers le désert qui commence à partir d’Agadez au Niger. Puis l'Algérie, pour entrer en Libye par le sud, dans un village du nom de Gat. En route pour la capitale libyenne, les migrants passent par Obari, puis Sabbah. Mais combien déboursent- ils comme transport ? Si dans les années 2000 ce parcours du combattant pouvait coûter 130 mille Fcfa à partir de Bouaké, nos sources nous indiquent que « les candidats à cette forme d’immigration déboursent nos jours, au départ d’Abidjan entre 1 million de Fcfa et 1,1 million Fcfa, avant d’être convoyés vers Daloa par des passeurs. Précisément au quartier Marrai, majoritairement peuplé par la communauté malinké. Des jeunes de ce quartier malfamé de la ‘cité des antilopes’ n’hésitent pas à vendre des biens de leurs familles, pour s’offrir le fameux voyage.» Ici au quartier Marrai, des intermédiaires les mettent en contact avec un certain ‘Abou Premier’ ou ‘Diaby’. Qui sont-ils ? Nous ne pouvons en dire plus. Mais une chose est certaine, ‘Abou premier’ et ‘Diaby’ sont des personnages très mystiques et mystérieux. Au dire de potentiels candidats à l’immigration clandestine, « ce sont eux qui sont en contact avec les réseaux Touareg au Niger et dans le désert jusqu’en Libye. Chaque candidat a un nom de code en partant de la Côte d’Ivoire pour le Niger. Dans ce pays commence une autre étape dangereuse via le désert pour la Lybie avec un nom de code. Difficile ou presqu’impossible de communiquer avec ses parents restés au pays. S’il y a de l’argent à envoyer c’est à eux. Si tu persiste à leur échapper, ils peuvent te tuer froidement» Nous retrace M. B., la vingtaine révolue qui nous rapporte ainsi , les propos de plusieurs amis de quartiers qui ont eu la chance de se retrouver de l’autre côté de la Mer méditerranée. Ces derniers ont confié également à notre interlocuteur que d’autres aventuriers ivoiriens affirment avoir été régulièrement l’objet d’abus sexuel de la part de certains passeurs et autres acteurs de ce circuit du commerce macabre. « Ils ne sont pas humains. Très souvent, tu es obligé de passer à la casserole pour te faire sod…. Si tu ne veux pas, ils te battent comme leur femme » rapporte t-il. Daloa et pourtant, les résultats d’une enquête réalisée par ‘Sos immigration clandestine’ est formelle : « Le nombre de personnes qui part d’Abobo et d’Adjamé est plus élevé que celui de Daloa. D’Abobo en passant Adjamé, Koumassi et Abobo, les jeunes ne parlent que de ça. Nous avons infiltré des filières dans ces communes là. Les résultats de nos investigations sont édifiants. « 90 des jeunes interrogées veulent partir en Europe pour une raison ou pour une autre. Soit pour étudier soit pour mener une petite activité. En fin d’année 2015, il y a plus de 200 élèves qui n’ont pas subit les examens de fin d’année, parce qu’ils ont pris le chemin de l’immigration clandestine. Le monde estudiantin est en train d’être fortement miné par le fléau et c’est inquiétant ». Il est temps grand temps qu’on mettre en œuvre le plan Marshall tant promis, pour l’Afrique pour freiner l’immigration clandestine. 

VIDEOTHÈQUE
LE MINISTRE
FLASH INFOS
  • Atelier de formation des Cadres et Agents du MIAIE sur le thème

    La gestion axée sur les résultats(CAR), le suivi et l’évaluation des actions de réinsertion des ivoiriens de l’extérieur dans le cadre des projets et politiques publiques. 

  • Benyamin Netanyahou, invité spécial du 51ème Sommet de la Cedeao
    Les chefs d’Etat ont noté la disponibilité manifestée par le gouvernement israélien d’apporter son appui à la Cedeao.
  • INCLUSION FINANCIERE
    L’accès des femmes aux services financiers demeure toujours une source de préoccupation. Près de 1,1 milliard de femmes, restent largement exclues du système financier classique.
  • CÔTE D’IVOIRE

    536 milliards FCFA de crédits octroyés aux PME en 2016 selon une enquête de l’Association professionnelle des banques et établissements financiers de Côte d’Ivoire (APBEF-CI). 

  • UEMOA
    Un rapport de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) fait du secteur bancaire ivoirien, le ‘’leader’’ de la zone de l’Union monétaire ouest-africain (UEMOA).
FACEBOOK
Suivre notre fil d'actualité!
TWEETER
Suivre notre fil d'actualité!
Newsletter Intégration
Newsletter Diaspora
Ministère de l'Intégration Africaine et des Ivoiriens de L'exterieur
Abidjan-Plateau Cité Administrative, Tour B 17ème étage
Adresse: 01 BPV 225 Abidjan 01- Tel : 20 33 12 12 / Fax: 20 22 41 56
Email: info@integration.gouv.ci
Site-web :www.integration.gouv.ci